IX BAILE DO SARONGUE

TURBILHÃO

Réalisé le 8 février 2018 au Club Monte Libano

Clip-doc do Baile do Sarongue Turbilhão

ALLÉGORIE DU CHAOS

Nous sommes sortis des profondeurs abyssales (thème du Sarongue 2016) par de grands vents. Après les Jeux Olympiques de Rio en 2016, une spirale de forces obscures  a conduit le Brésil à la décomposition de la scène politique, économique et sociale. Les retombées espérées des JO se sont révélées être une tragédie grecque à la brésilienne. De manière opportune, des créatures obscures ont ressurgi des sombres abîmes du passé. COMMUNISME, IMPEACHMENT, COUP D‘ÉTAT, APOLOGIE A LA DICTATURE, etc, autant de sujets revenus sur la table, distillant l’intolérance. Petit à petit, les coeurs se polarisent sur ces sujets. La société se divise comme jamais. On se rapproche du chaos. L’âme festive nationale se perd dans ce tourbillon.

Et puis, l’époque du carnaval arrive, symbole de l’inversion totale des valeurs. L’adage veut que “plus la crise est profonde, plus le carnaval sera grand et festif”. Le thème du bal du Sarongue 2017 s’est ainsi inspiré de l’inversion des forces de ce typhon dévastateur. L’artiste invité, Franklin Cassaro, « sculpteur du vent »,a fait naître du thème Tourbillon sa scénographie cinétique qui anime le grand salon. Sur la terrasse, Luciano Mestre Baloeiro, a construit une installation de cerf-volants géants. Toutes leurs installations tournent dans le vent.

 

Momo, le Roi de l’inversion carnavalesque prévient :  les forces antagonistes ne sont pas nécessairement paralysantes. Elles font tourner et sortir les gens de chez eux! “EVOÉ MOMO!” (interjection festive)

CARNAVAL RITUEL

Le Bal du Sarongue est fidèle à sa mission :

Réactiver et rénover la culture de carnaval de salon, en alliant les éléments du rituel avec de nouveaux champs d’expérience dans l’art carnavalesque.

Dans cette dynamique, l’engagement collectif est fondamental.

 

Le Bal ne se résume pas uniquement à une nuit: il s’étend à toute sa préparation, il débute en janvier. Au cours de l'événement, une communion festive s’installe et fait de chacun, partie intégrante d’un corps collectif. Se forme alors une spirale d’actions qui définit le rituel :

La recherche de la clé du Bal: elle s’effectue tout au long du mois de janvier. Cette recherche initie la fête et crée le mouvement vers les points de rencontre dans des lieux insolites, dévoilés la veille.

En parallèle, sont conçus et élaborés des déguisements, individuels et collectifs.

Le lieu du Bal est donné lors de la semaine du montage de l’installation, effectué par des volontaires bénévoles.

L’énergie déployée par chacun et les différentes rencontres nées de la préparation pendant le montage contribuent au succès et à l’harmonie générale lors du grand soir annuel du bal.

 

Un des moments forts de la soirée est la remise de la clé de la Ville-Sarongue au Roi Momo. En 2017, la première Reine Momo Exma, reine-Chanteuse Valéria Lima sacralisa le rituel aux rythmes de samba et de swing.

Divers outils sont actionnés, visant ainsi l’expérience carnavalesque intégrale. (Le bal de carnaval comme oeuvre d’art totale, selon l’artiste brésilien Lasar Segall):  Parmi eux, il s’agit de relever le défi, un des sept principes de l’événement: reconnecter les “foliões” avec les danses circulaires, caractéristiques des bals de carnaval dans le passé. Le bal traditionnel de salon avait préservé une forme de danse en orbite, qui module les célébrations des peuples, depuis le début de l’humanité.

Les anciens bals carnavalesques préservaient le rituel ancestral de la danse circulaire de groupe. L’intention ici est de revivre la force de cette tradition. (voir les vidéos des danses collectives circulaires ci dessous)

 

La ronde, entraînée par le rythme, établit des liens avec l’unité de multiples instances -sociales, culturelles et spirituelles- et induit le passage de l’individuel au communautaire. La synergie rotative permet aux personnes d’être en symbiose avec le mouvement cosmique. Au sein du tourbillon, l’existence humaine atteint le plus haut degré d’affirmation, qu’il soit social, culturel ou spirituel. (Bernhard Wosien, Dança - Um caminho para a totalidade)

Baile do Theatro Municipal do Rio em 1955

Le sens symbolique de ces formations est intimement lié à l’ordre social et universel.

Parti prenante des 7 principes du Bal du Sarongue, la danse circulaire collective intègre la conception de la fête de 2017.

Danças circulares coletivas em diferentes culturas

SCÈNOGRAFIE CARNAVALESQUE CONTEMPORAINE

Ayant à l’esprit le thème proposé, l’artiste Franklin Cassaro, invité de cette 9ème édition du Bal, s’inspire de la théorie du chaos pour créer une installation qui complète l’action carnavalesque. Chaque partie reflète le tout et ce tout, chaque partie. Des structures similaires, qui tournent avec le vent, donnent le rythme au mouvement du salon.

Piramide de Sierpinski

Cassaro fait rimer géométrie fractale avec carnaval.

Des millions de tétraèdres en carton plié forment une oeuvre baptisée “Sambaedro” (jeu de mot entre samba et figures géométriques). Dans le salon moderniste du Club “Monte Libano”, l’installation aérienne de Cassaro est complétée par les danses en pyramides créées par la chorégraphe  Celina Portella. Trois danseuses acrobates intéragissent avec deux tétraèdres sur roues, avançant parmi les “foliões”. Pour animer davantage l’ambiance, l’artiste Paula Dager a constitué ses sculptures allégoriques: “la Jacaroa” (crocodile) et la “Jiboia”, (grand serpent) qui circulent parmi le public.

Dans le salon de cette année, nous célébrons les forces antagonistes qui génèrent la rencontre.

“CELACANTO PROVOCOU MAREMOTO** au Sarongue Abissal, “POLARIZAÇÃO GERA TURBILHÃO”**durant le Sarongue fractal de 2017, au sein du premier carnaval scientifique de salon (porque cientifico?), on célèbre la dépolarisation Momesque: “TODOS JUNTOS EM TURBILHÃO!” (Tous ensemble dans le tourbillon!)

* Lasar Segall considère le bal de carnaval comme un entreprenariat esthétique qui inclut l’utopie de la création d’une oeuvre d’art “totale”. Il promeut la synthèse et la fin des styles dans l’Art, et ainsi, une nouvelle relation entre public et oeuvre d’art. ( Texte de Claudia Valladão de Mattos, extrait du catalogue d’ exposition Lasar Segall Cenógrafo, réalisé au CCBB en 1996)

 

**La polarisation génère le Tourbillon

 

*** “CELACANTO PROVOCA MAREMOTO” est un intrigant et énigmatique graffiti qui fut inscrit sur de nombreux murs de Rio  dans les années 1970, pendant la dictature. Cette phrase ne voulait rien dire et pour cette raison elle demeura célèbre.